PACS et succession

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (10 votes, moyenne : 3.80 sur 5)
Loading...

PACS et succession * Les partenaires d’un PACS ne sont pas héritiers l’un de l’autre, mais ils ont le pouvoir de mutuellement favoriser leur situation en cas de succession de plusieurs façons :

PACS et succession : les différents cas de figure

Résumé des points abordés tout au long de l’article “PACS et succession” :

L’idée étant d’offrir aux lecteurs de ce site, le maximum d’informations sur la succession dans le cadre du PACS. Chaque point est détaillé avec précision tout au long de l’article.

PACS et succession : régime d’indivision des biens

C’est d’abord dans la convention de PACS elle-même que les partenaires peuvent remédier à leur situation de non-héritiers l’un de l’autre. En effet, les futurs partenaires peuvent décider dans leur convention de PACS qu’ils deviendront propriétaires ensemble des biens acquis après la date d’enregistrement de la convention. C’est ce que l’on appelle le régime d’indivision des biens entre partenaires. Ce régime n’est pas automatique, contrairement à ce qu’il était jusqu’en 2007. Aujourd’hui, les futurs partenaires doivent choisir expressément ce régime dans la convention de PACS afin qu’il s’applique (cf. art. 515-5-1 C.civ.).

Si par exemple, l’un des partenaires décide d’acheter un canapé avec son propre argent, celui-ci deviendra propriété commune aux deux partenaires si le régime d’indivision a été choisi dans leur convention. Mais chacun demeure propriétaire des biens acquis séparément avant le PACS.

Cependant, certains biens ne peuvent pas devenir communs aux partenaires qui ont choisi le régime d’indivision ; l’article 515-5-2 du Code civil dresse la liste de ces biens :

1º Les deniers perçus par chacun des partenaires, à quelque titre que ce soit, postérieurement à la conclusion du pacte et non employés à l’acquisition d’un bien ;

2º Les biens créés et leurs accessoires ;

3º Les biens à caractère personnel ;

4º Les biens ou portions de biens acquis au moyen de deniers appartenant à un partenaire antérieurement à l’enregistrement de la convention initiale ou modificative aux termes de laquelle ce régime a été choisi ;

5º Les biens ou portions de biens acquis au moyen de deniers reçus par donation ou succession ;

6º Les portions de biens acquises à titre de licitation de tout ou partie d’un bien dont l’un des partenaires était propriétaire au sein d’une indivision successorale ou par suite d’une donation.

PACS et testament

Les partenaires peuvent décider qu’ils hériteront l’un de l’autre en rédigeant tous deux un testament en faveur de leur partenaire. Le testament en faveur de l’autre partenaire lui donne également droit à l’attribution préférentielle du logement en cas de succession. Cela veut dire que le partenaire survivant aura la priorité pour acheter le logement, ou la part du logement dont il n’est pas propriétaire du fait de la succession (ex.: la maison était propriété indivise des partenaires et la quotité disponible est inférieure à la moitié de la valeur de ce logement).

Les partenaires de PACS sont, comme les conjoints, exonérés de droits de mutation. Le partenaire héritier n’aura donc pas à payer de droits de succession sur les biens hérités de l’autre partenaire (cf. art. 796-0bis C.civ.). Pour plus d’informations sur les droits de succession du PACS, nous vous invitons à lire cet article.

La part qu’ils pourront ainsi léguer dépend de l’existence et du nombre d’héritiers réservataires, c’est-à-dire les enfants des partenaires. Ils héritent d’une part de la succession que l’on ne peut léguer par testament. Au moment de la succession, le partenaire bénéficiaire du testament hérite de ce qui reste: la quotité disponible. Evidemment, si le partenaire défunt n’a pas d’enfant, c’est de la totalité de son patrimoine qu’héritera son partenaire en cas de testament en sa faveur.

La quotité disponible du patrimoine est de la moitié quand le défunt laisse un enfant, du tiers quand il laisse deux enfants, et du quart quand il en laisse trois ou plus.

Le partenaire survivant et les héritiers réservataires vont donc se partager, entre autres choses, ce qui constituait la résidence commune des partenaires.

Pour faire son testament, le plus simple et le moins coûteux est de rédiger un testament dit olographe. C’est un testament écrit à la main par le testateur et qui doit comporter le nom du partenaire de PACS comme légataire universel. Il est très important de dater et signer le testament.

Le testament doit être rédigé en termes clairs et affirmatifs ; il faut éviter d’écrire « je souhaiterais léguer » par exemple. Il est indispensable de rédiger le testament à part ; toute disposition testamentaire contenue dans la convention de PACS serait nulle. En aucun cas, le testament ne doit faire mention du testament de l’autre partenaire si celui-ci décide également d’en rédiger un.

Sur le site partenaire Testament olographe vous pouvez obtenir de plus amples informations sur le testament si vous voulez le rédiger vous-mêmes, sans l’aide d’un notaire, ainsi qu’un modèle de testament gratuit pour les PACSés (Modèle Testament olographe).

PACS et succession : le cas de la donation

De leur vivant, les partenaires peuvent se faire des donations. En cas de donation entre partenaires, ils bénéficient d’un abattement de 76 000 euros. Cet abattement s’applique tous les six ans. Pour la valeur des biens reçus en donation au-dessus de 76 000 €, les droits s’élèvent à 40% jusqu’à 15 000€, et à 50% pour la part supérieure à 15 000€.

PACS et succession : le cas de l’Assurance-vie

On peut transmettre un capital à son partenaire en souscrivant une assurance-vie. Le souscripteur doit le faire idéalement avant d’atteindre 70 ans. Le partenaire bénéficiaire n’aura pas de droits de succession à payer sur ce capital dans la limite de 152 000€. Les droits sont de 20% pour la partie du capital qui dépasse ce seuil. Pour les primes versées après 70 ans du souscripteur, elles seront soumises à des droits pour la partie dépassant 30 500 €.

Par ailleurs, la loi confère deux avantages au partenaire survivant quant au logement commun :

  • Occupation gratuite et attribution préférentielle du logement commun
  • Abattement sur la valeur du logement

Voir : PACS Succession et Logement commun

1 Shares

RECEVEZ LE GUIDE GRATUIT SUR LE PACS !

Saisissez votre email :